Déduction fiscale, crédit d’impôt ou réduction d’impôt : comment ça marche ?

Il est important de bien faire la différence entre ces trois leviers fiscaux qui permettent de diminuer voire supprimer l’impôt sur le revenu.

La déduction fiscale

C’est une opération qui viendra diminuer la base de vos revenus servant au calcul de votre impôt.

Vous trouverez dans cette catégorie la déduction de vos frais réels professionnels sur vos revenus si vous n’optez pas sur l’abattement d’office de 10 % opérés par l’administration fiscale, le montant des pensions alimentaires versées aux enfants ou encore les cotisations versées dans le cadre d’un plan retraite tel que le PERP (Plan d’Epargne Retraite Populaire) pour les salariés ou la loi Madelin pour les indépendants.

Ces différents dispositifs répondent à des règles spécifiques notamment de calcul et de plafonnement mais le principe de déduction reste le même.

Par exemple, pour un revenu annuel de 100 000 euros, je bénéficie d’une déduction fiscale de 10 000 euros au titre du PERP souscrit.

La base de calcul pour l’impôt sur le revenu ne sera plus de 100 000 euros mais de 90 000 euros, ce qui viendra mécaniquement baisser l’impôt sur le revenu.

Le crédit d’impôt

Plus connu, le crédit d’impôt permet de bénéficier d’un avantage fiscal que l’on paie ou pas d’impôt. En effet, comme son nom l’indique, il s’agit d’un enveloppe que l’administration fiscale s’engage à nous verser sous certaines conditions. Nous trouvons dans cette catégorie, les frais de garde d’enfants, le crédit d’impôt pour la transition énergétique, le CITE (dont vous trouverez le détail ici) qui sera remplacé en 2019 par une prime, par exemple. Le crédit d’impôt est une somme qui est soustraite du montant de votre impôt.

Si vous ne payez pas d’impôt sur le revenu (à la suite d’opérations fiscales ou pas), l’administration fiscale vous rembourse totalement cette somme.

Par exemple, votre impôt est de 1 000 euros et votre crédit d’impôt de 500 euros, votre impôt à régler sera de 500 euros (1 000 – 500 = 500 euros).

Autre exemple, votre impôt est de 500 euros et votre crédit d’impôt est de 500 euros. Dans ce cas, vous ne payez pas d’impôt.

Dernier exemple, vous n’êtes pas imposable. Dans ce cas, l’administration fiscale vous remboursera votre crédit d’impôt de 500 euros.

La réduction d’impôt

Il existe de nombreux dispositifs de réduction d’impôt dont la plus connue en matière immobilière est la Loi Pinel.

L’avantage fiscal d’une réduction d’impôt vient directement se soustraire au montant de votre impôt.

Par exemple, votre impôt est de 5 000 euros et votre réduction d’impôt est de 4 500 euros. Le montant restant à régler sera donc de 500 euros.

Si votre impôt est de 5 000 euros et que votre réduction d’impôt est de 6 000 euros,vous ne pourrez pas réduire plus que 5 000 euros.

Enfin, si vous n’êtes pas imposable, aucune réduction d’impôt ne pourra être réalisée.

En conclusion :

Tous ces dispositifs répondent à des règles précises propres à chacun et doivent respecter le plafonnement des niches fiscales en vigueur en France.

Vous pouvez retrouver toutes ces informations sur le site des impôts en cliquant ici

Afin de connaître le dispositif adapté à votre situation et à vos projets, n’hésitez pas à demander un bilan fiscal et patrimonial gratuit et sans engagement :


Cliquez ici

Categories:

Tags:

Comments are closed